FERMER
FERMER
DEMARCHE OBSERVATAIR

Le 28 janvier 2008, le Ministère de l’Ecologie a signé avec les principaux acteurs du transport aérien français, dont la FNAM,
une “Convention sur les engagements pris par le secteur du transport aérien dans le cadre du Grenelle de l’Environnement”.

Depuis cette signature, la FNAM et les groupements associés à la démarche ont mené un état des lieux des pratiques environnementales des entreprises qu’ils réunissent, pour :

• dresser un bilan des bonnes pratiques déjà mises en œuvre ;

• définir des indicateurs de mesure de la progression de leurs démarches environnementales ;

• déterminer des axes d’amélioration.

De cet état des lieux est né le baromètre
“Observatair” des pratiques environnementales des entreprises du transport aérien.

Le baromètre “Observatair” a pour objectif de suivre et mesurer les progrès effectués par les entreprises de l’Aviation marchande, année après année, et de témoigner ainsi du respect des engagements.

Le baromètre “Observatair” est l’outil de mesure et de pilotage de la mise en œuvre des bonnes pratiques environnementales par l’Aviation marchande ; il est au cœur des engagements de la “Charte d’amélioration de la performance environnementale des entreprises de l’Aviation marchande”.

Télécharger la Charte (PDF)

Retour
PUBLICATIONSPHOTOS
FERMER


LES COMMUNIQUÉS DE PRESSE


071013 - Publication du 5ème rapport d'évaluation du GIEC sur le changement climatique. Résultats 2013 des Baromètres Observatair Environnemental et Economique
Télécharger le document (PDF)

080413 - Baromètre Observatair Social 2011 : les entreprises du secteur en progrès sur la formation de leurs salariés, sur la santé et la sécurité au travail
Télécharger le document (PDF)

270912 - L'aviation marchande couvre tous les champs du développement durable et tient ses engagements.  
Télécharger le document (PDF)

110711 - Baromètre Observatair
Environnemental et social - Résultats 2010 - L'aviation marchande en France tient ses engagements malgré un contexte économique défavorable
Télécharger le document (PDF)

280110 - Dossier de presse
- Lancement du baromètre
Observatair social

Télécharger le document (PDF)

161109 - 3ème Journée Visions
d'Avenir Développement durable
et développement humain :
la responsabilité sociale des entreprises
Télécharger le document (PDF)

240609 - Baromètre Observatair
- Résultats 2008 - L’aviation marchande
en France tient ses engagements
environnementaux
malgré un contexte
économique défavorable
Télécharger le document (PDF)

280109 - Transporteurs aérien
et aéroports : Ensemble vers le
développement durable

Télécharger le document (PDF)

260608 - À l’occasion de sa Journée
Visions d’Avenir sur le thème
« Transport aérien et développement
durable, où en est-on ? »,
la FNAM lance le projet
« Observatair »
Télécharger le document (PDF)

280108 - Le Grenelle Environnement :
Jean-Louis Borloo signe la première
convention engageant l’ensemble
des acteurs du secteur aérien français

Télécharger le document (PDF)

PUBLICATIONSPHOTOS
FERMER
CALCULATEUR CO2

Vols du Groupe Air France
et de ses compagnies partenaires

Cliquez ici
Vous allez être redirigé vers le site du Calculateur CO2 du Groupe Air France. Le calculateur concerne les vols Air France effectués avec un appareil des flottes d'Air France, de KLM, d'un de leurs partenaires régionaux (BritAir, CityJet, Régional, Airlinair, CCM Airlines ou KLM CityHopper) et les vols de transavia.com France La méthode de calcul est validée par l’ADEME et les chiffres sont calculés en application de la méthode vérifiée par KPMG.

Tous vols
Vous allez être redirigé dans 15 secondes vers le site du Calculateur CO2 de de la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer. Ce calculateur est réalisé avec le soutien de la  CITEPA. Il présente des émissions moyennes, toutes compagnies confondues, sur une liaison donnée. Il fait l’objet d’un programme d’actions commun avec les compagnies concernés afin d’affiner la précision des informations fournies, en développant le partage des données pertinentes entre FNAM et DGAC.
Si la page ne s’affiche pas automatiquement,
Cliquez ici

FERMER
PRESENTATION

La FNAM (Fédération Nationale de l’Aviation Marchande), créée en 1990, est la principale organisation professionnelle du secteur aérien.
Au travers de 8 groupements professionnels, elle fédère 9 métiers et représente plus de 370 entreprises.

Au service des entreprises du secteur aérien, elle participe à la promotion et au développement de l’aviation commerciale et assure l’information et la représentation des intérêts collectifs de la profession sur les questions économiques, sociales, environnementales, techniques et réglementaires.
Au total, dans un secteur dont la production est évaluée à plus de 18 milliards d’euros et qui emploie près de 120 000 salariés,
80% de la flotte et des activités du secteur aérien français sont représentés au sein de la FNAM.

Les principales missions de la FNAM

Contractualiser, à l’échelle de la branche, les rapports sociaux et à faire évoluer les accords collectifs relatifs aux conditions d’emploi et de travail.

Agir en faveur d’une sécurité optimale du transport aérien et collaborer à la mise en place des règles de sûreté garantissant l’efficacité de la prévention contre les actes de terrorisme, tout en veillant à la qualité du service au client et à préserver la performance économique des entreprises.

Contribuer à la compétitivité des entreprises du secteur et, à cet effet, s’attacher au développement optimal de leur environnement réglementaire, économique et fiscal, et vérifier l’accroissement des capacités d’infrastructures aéroportuaires et de navigation aérienne, comme l’amélioration de la qualité de service qui y est rendue.

Œuvrer à un développement du transport aérien créateur de richesses et d’emplois qui soit respectueux de l’environnement sous ses différents aspects. La FNAM soutient les initiatives visant à diminuer les émissions à la source, la modernisation des flottes, l’optimisation des procédures d’exploitation et assure la promotion des meilleures pratiques écologiques auprès de ses adhérents. Elle participe au processus d’aide aux populations riveraines et s’engage pour favoriser les retombées économiques et l’emploi dans les territoires où sont localisées les entreprises du secteur.

Les métiers de la FNAM
Le transport de passagers.
L’aviation d’affaires.
Le transport de fret.
Le taxi aérien.
La maintenance aéronautique.
Les services aéroportuaires.
Le transport par hélicoptère.
Le travail aérien, à savoir les services autres que les transports rendus à l’aide d’un avion ou d’un hélicoptère. Par exemple : la publicité aérienne, la photographie aérienne, les traitements agricoles et phytosanitaires, la surveillance aérienne
La formation aéronautique.

Composition

Adhérents directs

• La Chambre Syndicale du Transport Aérien [CSTA]
• La Chambre Syndicale de l’Assistance en Escale [CSAE]
• Le Groupement des Professionnels des Métiers de l’Aérien [GPMA]
• L’European Business Aviation Association [EBAA-France]
• Le Groupement des Industriels et Professionnels de l’Aviation Générale [GIPAG]
• Le Syndicat National des Exploitants d’Hélicoptères [SNEH]

Membres associés

• Le Syndicat des Auxiliaires de la Manutention et de l’Entretien pour le Rail et pour l’Air [SAMERA]
• L’Union des Aéroports Français [UAF].

Alain BATTISTI,
Président

Alain Battisti est diplômé de l’EM Lyon. Ancien auditeur chez Arthur Andersen, puis contrôleur de gestion chez Héli Union et au sein du groupe SFPI, il fonde, en 1994, le groupe ADIGE, présent dans l’industrie pharmaceutique (Tubes Technologies) et dans l’aviation commerciale, avec la compagnie aérienne Chalair Aviation. La compagnie, fondée il y a 27 ans, est présente en France et également en Afrique.

Guy TARDIEU,
Délégué Général

Guy Tardieu est diplômé de l’ENSAE (Sup’Aéro - promo 72). Il rentre à Air France  en 1973 et y occupe plusieurs postes stratégiques, dont la Direction du Réseau Afrique et Moyen-Orient, puis du Réseau Asie-Pacifique. Il est à la tête de la Direction du Contrôle des Opérations entre 1996 et 2001, avant de rejoindre Jean-Cyril Spinetta, Président Directeur Général d’Air France KLM, comme Directeur de cabinet et des relations extérieures. Guy Tardieu était depuis 2009 Directeur Corporate Qualité et Conformité.

Plus d'informations

FERMER
ENGAGEMENTS ENVIRONNEMENTAUX

Les questions de protection de l’environnement constituent une préoccupation majeure du secteur aérien. Depuis plus de 30 ans, les professionnels sont engagés dans la réduction des nuisances liées à leur activité.

Les investissements réalisés par les constructeurs en terme de progrès technologiques et les efforts des transporteurs en matière de renouvellement de leur flotte et de bonnes pratiques ont permis de réduire considérablement l’impact climatique du transport aérien. Le secteur de l’aérien doit cependant encore renforcer ses actions en faveur de la préservation de l’environnement. Dans ce cadre, la FNAM s’engage dans la recherche de solutions conciliant l’intérêt général et la compétitivité des acteurs économiques.

La croissance de notre activité a un impact sur l’environnement à deux niveaux :
à l’échelle globale, il s’agit des émissions de gaz à effet de serre et de leur conséquence sur le climat, à l’échelle régionale et locale, il s’agit des émissions de polluants dans l’atmosphère, des nuisances sonores et des pollutions de l’eau et des sols à proximité des aéroports.

Dans ce contexte, le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire a signé le 28 janvier 2008 avec le secteur de l’aviation civile une convention d’engagements dans le cadre du Grenelle de l’Environnement.

Sur les neuf engagements de cette convention, deux concernent directement la FNAM.

• L’un porte sur l’amélioration de la performance environnementale des entreprises de l’aviation marchande :
“les entreprises s’engagent à minimiser l’impact environnemental de leurs activités par la définition en commun et la mise en œuvre de pratiques commerciales, opérationnelles et industrielles. Ces pratiques seront formalisées dans une charte signée par les adhérents de la FNAM en 2008”. La FNAM a rédigé une Charte d’amélioration de la performance environnementale des entreprises de l’aviation marchande et a défini un baromètre de 12 indicateurs qui suivent dans le temps l’évolution de sa performance environnementale.
Initialement conçue pour répondre aux engagements fixés part la convention du 28 janvier 2008, la démarche Observatair, créée en juin 2008, va finalement couvrir l’ensemble des actions de développement durable de la Fédération. Elle s’appuiera donc sur trois piliers : l’environnement, le social/sociétal et l’économie.

• L’autre engagement a trait à l’information du passager sur l’impact environnemental du transport aérien. Il est libellé sous la forme de deux articles, comme suit. “Les compagnies aériennes membres de la FNAM s’engagent, avec les autres compagnies adhérentes, à mettre en place des dispositifs équivalents aux calculateurs CO2 d’Air France et de la DGAC ou à défaut, à favoriser l’information du passager par des liens sur le calculateur de la DGAC.” Et le second article d’ajouter :
“en complément de l’information des passagers sur les émissions de CO2 par trajet, la FNAM rédigera, en 2008, un guide de bonnes pratiques à l’attention des compagnies aériennes en matière de programmes de compensation de CO2 et en assurera la promotion auprès des compagnies et de leurs clients.”

FERMER
BAROMETRE
Le Baromètre “ Observatair “ mesure les progrès en matière de bonnes pratiques environnementales des entreprises de l’Aviation marchande. Il témoigne du respect des engagements de la Convention de Grenelle.
Télécharger le PDF
FERMER
LE GUIDE
Le Guide présente ce qu’est la compensation volontaire de CO2, les principales possibilités de compensation offertes aux passagers et aux compagnies aériennes. Il propose des bonnes pratiques pour le Transport aérien.
Télécharger le PDF
FERMER
LA CONVENTION
La Convention du 28 janvier 2008 entre les acteurs du Transport aérien et le Gouvernement formalise les engagements pris lors du Grenelle de l’Environnement et leur suivi.
Télécharger le PDF
FERMER
LA CHARTE
La Charte matérialise l’adhésion de l’Aviation marchande aux principes du Grenelle de l’Environnement. Elle formalise le Baromètre “ Observatair “, ses objectifs et les engagements respectifs des signataires.
Télécharger le PDF
FERMER
LES SIGNATAIRES
FERMER
RESPONSABILITÉ SOCIALE

Télécharger le baromètre 2013 (PDF)

Le secteur du Transport aérien est pleinement conscient de sa responsabilité sociale : cela se concrétise par un volontarisme fort dans le champ de l’emploi/formation, une politique contractuelle riche et ambitieuse, la prise en compte des préoccupations de santé-sécurité au travail, un engagement marqué en faveur de la diversité et, au-delà, l’attachement à la dimension citoyenne des entreprises.

En 2006, les compagnies aériennes françaises et étrangères représentaient près de 75 000 employés en France. .
En prenant en compte les effectifs des aéroports (Aéroports de Paris et les aéroports de province), les effectifs des sous-traitants de services aéroportuaires et les effectifs de l’Aviation Civile, les emplois générés par la branche “Transport aérien” sont évalués à 120 000 en France.
Les emplois totaux générés par la branche “Transport aérien” ont fait l’objet d’estimations, en fonction des niveaux d’activité en termes de transport de passagers et de fret (cargo ou express) auxquels ils correspondent : ils sont estimés en France à près du quadruple (plus de 400 000.

L’ACI Europe (Airport Council International) a étudié l'impact économique des aéroports européens (Rapport “Emploi et prospérité en Europe”, 1998), notamment au travers de l'impact sur l'emploi. De manière générale, selon l’ACI Europe, un trafic d’un million de passagers sur un aéroport générerait en moyenne 4 000 emplois totaux associés au secteur aérien.

EMPLOI ET FORMATION
Dans un contexte économique et concurrentiel en constante évolution, le secteur mène une politique sociale active, aux travers de réalisations concrètes, par exemple en matière de création d’emploi, d’intégration sociale de jeunes peu formés et/ou issus de zones défavorisées, de formation ou d’égalité professionnelle.

Il accompagne également les initiatives prises par différents acteurs dans le champ de l’emploi-formation des plates-formes aéroportuaires. Ces actions participent au développement de la “performance des territoires”, au service des entreprises, des salariés ou futurs salariés de la plate-forme et au-delà des populations riveraines. Le secteur s’appuie sur divers partenaires pour démultiplier et optimiser ses actions en matière d’emploi. Ainsi, depuis plus de 6 ans, la branche et le Ministère de l’Education Nationale ont développé un partenariat au travers d’une Convention de Coopération, renouvelé en 2008 pour 5 ans, pour le développement des formations et la promotion des métiers du secteur. Le secteur a également décidé d’investir fortement dans la formation professionnelle de ses salariés. Les entreprises favorisent l’évolution en interne en accompagnant, par des programmes de formation adaptés, la progression à des niveaux de qualifications plus élevés. Elles cherchent à faciliter l’intégration des jeunes et des adultes demandeurs d’emploi dans le monde du travail en développant la formation par contrat d’apprentissage et de professionnalisation.

DIALOGUE SOCIAL
Négociation, consensus et rencontre avec les partenaires sociaux : ces 3 points font du paritarisme un axe fondamental de la branche du Transport aérien, le nombre d’accords (30) signés dans la branche depuis 2000 en témoigne. Créé en 1998 par la FNAM avant l’obligation légale, et paritaire depuis 2004, l’Observatoire des métiers de l’aérien dénote une volonté forte du secteur de se donner les moyens de définir et piloter une politique emploi-formation dans la branche. Ses objectifs : connaissance du secteur, analyse et anticipation en matière d’emploi-métiers, orientation de l’offre de formation, communication auprès de ses partenaires (entreprises, institutionnels, organismes de formation et d’orientation, grand public…). Sa première ambition est de disposer d’une connaissance fine de la structure de l’emploi du secteur, indispensable pour permettre les anticipations nécessaires, notamment en matière de formation professionnelle.

SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL
Le secteur est particulièrement attaché à améliorer la sécurité sur le lieu de travail, la protection de la santé des salariés et de leurs conditions de travail au travers de l'application des principes généraux de prévention, l'identification des dangers et l'évaluation des risques, la mise en place d’une organisation et de moyens adaptés, la formation et l’information des agents et des actions de prévention des risques professionnels. A ces principes généraux nationaux s’ajoutent les normes de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) qui font obligation aux Etats d’établir un programme national d’amélioration de la sécurité de l’aviation se déclinant au niveau de l’exploitation des aéronefs, des aérodromes et des services de navigation aérienne par la mise en place de systèmes de gestion de la sécurité (SGS).

DIVERSITE
“La lutte contre les discriminations nécessite l’implication de tous les acteurs de la société. L’entreprise, en jouant un rôle actif, peut contribuer à faire évoluer les stéréotypes. Les acteurs du Transport aérien rappellent que la promotion du principe d’égalité des chances et de traitement doit être au centre des préoccupations de l’ensemble des acteurs de la vie économique et sociale” : tel est le préambule de l’accord relatif à l’égalité professionnelle signé le 18 mars 2008 dans la branche du secteur aérien. Au travers d’actions concrètes de promotion de la diversité et de lutte contre les discriminations, la branche et les entreprises montrent leur engagement en matière de responsabilité sociale et éthique.

Au-delà des actions déjà menées dans le secteur et à l’initiative de grandes entreprises, la Branche travaille à définir une politique d’emploi volontariste en faveur des personnes handicapées.

En outre, le secteur compte 60% d’hommes et 40% de femmes toutes filières professionnelles confondues. Cependant, certains métiers sont fortement féminisés (hôtesse de l’air, agent de passage/escale…), alors que d’autres sont tenus en majorité par des hommes (mécanicien avion, assistant avion, pilote…). Le 28 octobre 2008, la branche du Transport aérien était reçue au Ministère du Travail pour présenter son accord relatif à l’égalité professionnelle entre les Femmes et les Hommes dans la branche du Transport aérien, signé le 18 mars 2008.

Près de 30% des salariés du secteur ont plus de 45 ans dans la branche en 2007, et pour la filière maintenance et les pilotes 27% ont plus de 50 ans. La branche professionnelle lance en 2009 une réflexion sur “l’emploi des séniors dans la branche”, cet accord sera en phase avec les objectifs de maintien dans l’emploi ou recrutement de salariés âgés au niveau national.

AU-DELA DU SOCIAL
Au-delà de la multitude d’actions conduites dans le champ social, les entreprises du Transport aérien s’impliquent notamment sur l’aménagement du territoire, l’accessibilité aux aéroports et à leur potentiel est une priorité en améliorant la desserte des infrastructures, en concertation avec les acteurs locaux, les conditions d’accès spécifiques aux emplois de la zone sécurisée, les problématiques de logements, le travail en horaires décalés, les services aux salariés tels que crèches, gardes d’enfants…

Enfin, d’autres initiatives d’entreprises témoignent de la prise en compte de la dimension citoyenne de leurs engagements. En effet, au travers d’actions de mécénat ou de soutien à des organisations non lucratives ou des œuvres de bienfaisance, au travers de dons en argent, en nature et en bénévolat, les entreprises accompagnent des initiatives dans divers domaines tels que l’éduction, l’aide humanitaire et médicale, la protection de l’environnement…

FERMER
IMPACT ÉCONOMIQUE

Le Transport aérien est un levier fort de la croissance économique.

Créateur de richesses et d’emplois
Plus de 125 millions de passagers (données DGAC 2007) décollent ou atterrissent chaque année d’une piste française, soit 6% des passagers transportés dans le monde.
A l’échelle nationale, le Transport aérien contribue pour 1 % à la croissance du PIB français. La France est l’un des plus grands marchés mondiaux en terme de trafic. Le secteur compte 120 000 emplois directs dans le secteur, et quatre fois plus si l’on considère ceux qui y sont liés. Il est établi qu’une croissance d’activité d’un million de passagers est créatrice de 1 000 emplois directs et 4 000 indirects et induits.
L’impact du Transport aérien est également très sensible à l’échelle locale, aux abords des aéroports. Ainsi, en 2006, plus de 4 500 emplois directs ont été créés sur et autour de la plate-forme de Paris-Charles de Gaulle. Cela correspond à environ 13 500 emplois directs, indirects ou induits et fait de l’aéroport l’une des zones d’activités les plus dynamiques en France en matière de création d’emplois. Désormais, plus de 85 000 personnes travaillent sur l’aéroport Paris-Charles de Gaulle.

Soulignons que le secteur autofinance ses infrastructures et assume les coûts relatifs à la maîtrise de ses risques (environnement, sécurité, sûreté). Ainsi, le Transport aérien ne pèse en rien sur les finances publiques, et supporte, au surplus, à travers des taxes spécifiques, le coût de missions qui relèvent de la responsabilité de l’État (prévention du terrorisme, protection incendie, continuité territoriale, solidarité avec le tiers-monde…).

Répondre aux besoins de mobilité des hommes et des marchandises
Le Transport aérien répond également à la curiosité, aux besoins de voyage, de rencontre et de dépaysement des individus. L’avion est le meilleur moyen de rapprocher les hommes. Il rentre de plus en plus dans les modes de vie privés et représente une part croissante du budget des ménages.
Le Transport aérien est indispensable à l’industrie du tourisme en France ; celle-ci emploie directement 1,2 million de personnes, et occupe le 1er rang mondial. Si parmi les motifs de voyage personnels, le tourisme est naturellement très important, les voyages privés répondent aussi à d’autres besoins, et contribuent à l’épanouissement personnel des individus. Beaucoup de citoyens sont ainsi des habitués de l’avion : ils le prennent régulièrement pour retrouver leur famille, pour faire des études ou travailler à l’étranger. Il accompagne, enfin, les flux migratoires et les retours ponctuels vers les pays d’origine.

Le Transport aérien répond également aux besoins d’échanges, notamment commerciaux. Dans une économie dématérialisée par les nouveaux moyens de communication et globalisée par le libre-échange, il est le mode de transport le plus pertinent pour relier les individus entre eux. Un passager aérien sur deux voyage pour des raisons professionnelles. Par ailleurs, le fret aérien représente plus de 12 % de la valeur des échanges de la France avec ses partenaires.

Un acteur important de l’aménagement du territoire
Le Transport aérien est un instrument d’aménagement du territoire et de désenclavement au service de la continuité territoriale.

Une plate-forme aéroportuaire bien desservie en transport régulier et à la demande garantit une forte création de richesses pour un territoire. Les entreprises et les diverses autres activités qui s’installent dans son périmètre forment un tissu économique dense, générateur de valeur ajoutée et d’emplois pour l’économie locale et régionale. Les liaisons aériennes renforcent l’attractivité du territoire, très au-delà du proche périmètre de l’aéroport, dans la décision d’investissement d’une entreprise. La qualité des liaisons de transport, notamment avec l’international, est donc primordiale.

Créateur de richesse pour un territoire, le Transport aérien est aussi un outil de désenclavement. Il établit des connexions entre les régions (en France, le maillage est harmonieux puisque 40 villes sont desservies en France et les huit principales métropoles sont reliées entre elles) ou les relie aux destinations européennes et internationales. Ces connexions sont un atout pour les collectivités territoriales. Elles sont aussi indispensables pour une politique plus globale d’aménagement du territoire français, notamment en appui au développement des pôles de compétitivité.

Enfin, l’avion est le lien indispensable entre la France métropolitaine et les territoires ultramarins (et à l’intérieur de ceux-ci) et assure ainsi la continuité territoriale. Le trafic outre-mer concerne plus de 7 millions de passagers.

FERMER
CLUB UTILISATEURS CARBONE

Le Club Utilisateurs Carbone est une plateforme d'échange ouverte à tous les adhérents de la FNAM ayant réalisés un bilan carbone, et souhaitant échanger sur les actions à mettre en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de leur entreprise. Ce Club Utilisateurs Carbone est réalisé en partenariat avec l'ADEME et Carbone 4, et quatre réunions ont été réalisées en 2013.